C’est un secret de polichinelle : les gaz d’échappement des véhicules à moteur à combustion constituent un véritable danger. En effet, ils génèrent des émissions de gaz polluants, ce qui impacte négativement l’environnement et la santé de l’homme. C’est pour lutter contre ce problème que le Parlement européen a voté une loi en 1996 pour obligatoire la vanne EGR.

Quel est le rôle de la vanne EGR ?

Depuis quelques années, la vanne EGR est présente sur les voitures à moteur diesel et certains modèles essence. Son rôle premier est de réduire les émissions de NOx (Oxyde d’azotes). Pour ce faire, cette pièce minuscule à clapet est dotée d’un système qui lui permet de récupérer le gaz d’échappement du véhicule à travers un collecteur d’admission. Ensuite, elle retransmet ces gaz dans le conduit d’admission pour les brûler à nouveau. Ce procédé permet de baisser la température des gaz d’échappement, ce qui réduit légèrement la quantité d’oxydes d’azotes émise.

Lorsqu’elle est présente sur une voiture, la vanne EGR permet de limiter l’impact environnemental et les nuisances sur la santé. Cependant, elle n’est véritablement efficace que lorsque la voiture est roulée en bas régime.

Quand remplacer une vanne EGR ?

Si la vanne EGR est généralement considérée comme une pièce importante sur les voitures diesel, elle représente également la panne la plus courante. En effet, par son mode de fonctionnement, elle provoque des dépôts de particules dans le collecteur d’admission. C’est ce qui justifie la présence d’une couche noire relativement épaisse dans ce conduit. Il s’ensuit un encrassement du système d’injection et une obstruction de la vanne par la suie.

Dans cet état, la pièce ne jouera plus correctement son rôle et le véhicule peut souvent brouter en bas régime. Il devient alors indispensable de la remplacer. Pour ce faire, il convient de se confier à un garage auto qui interviendra pour rétablir le fonctionnement de la vanne EGR. Selon la marque et le modèle, la pièce peut coûter entre 250 et 600 euros.